Minute facile > Sexo > Psychologie > Pourquoi les vrais jumeaux sont-ils synchrones ?

Pourquoi les vrais jumeaux sont-ils synchrones ?

Comment les jumeaux synchronisent-ils leurs gestes ? Pourquoi s'habillent-ils de façon identique même sans l'avoir prévu à l'avance ? Cette séquence de E=M6 vous apporte plus d'explications. Depuis toujours, les jumeaux monozygotes, appelés familièrement les vrais jumeaux, fascinent les scientifiques. En effet, non seulement ils sont identiques physiquement, mais leurs gestes sont presque toujours synchrones. C'est le cas de Roman et Slava, deux danseurs de claquettes. Démonstration en vidéo !

  1. Etape 1 : Vrais ou faux jume...

Vrais ou faux jumeaux Il existe deux sortes de jumeaux : les vrais et les faux. Les vrais jumeaux sont ceux qui se ressemblent comme deux gouttes d'eau et qu'il est difficile de différencier. Ils sont appelés monozygotes. Ces derniers fascinent les scientifiques, car ils remarquent plus de coïncidences chez les vrais jumeaux que chez les faux. Les monozygotes partagent le même patrimoine génétique. Tous les deux ont 100 % de gènes en commun. Ce qui explique certainement leur synchronie sur tous les plants. Par exemple, si un des jumeaux est touché par une maladie héréditaire, l'autre peut forcément développer la même maladie.

Une synchronie héréditaire Selon les scientifiques, les coïncidences entre de vrais jumeaux s'expliquent par leur patrimoine génétique qui est identique à 100 %. Ces synchronies touchent plusieurs domaines de la vie quotidienne des jumeaux, qu'il s'agisse de leurs habits, leurs pensées, leurs goûts ou même leurs gestes. Dans la vidéo, vous découvrirez par exemple Roman et Slava, deux danseurs à claquettes toujours synchrones. Les jumeaux possèdent un langage psychique secret qui les pousse à réfléchir et à agir de la même façon, c'est l'identité gémellaire. Il n'est pas alors étonnant que les jumeaux s'offrent souvent, sans le savoir, les mêmes habits ou le même parfum ; qu'ils fredonnent la même chanson même si l'un se trouve à mille lieues de l'autre…