Minute facile > Pratique > Entretien de la maison > Maison humide : solutions et traitements contre l'humidité

Maison humide : solutions et traitements contre l'humidité

Comment réduire le taux d’humidité dans une maison ?
Vous l’avez peut-être remarqué : quand il y a un excès d’humidité dans la maison, cela devient problématique ! Des vapeurs d’eau apparaissent sur les fenêtres, une odeur de moisi persiste, et votre peau devient moite. Il faut y remédier car cela vous permettra de vous sentir mieux aussi bien physiquement que mentalement (des études ont montré que la joie d’une personne est directement liée au taux d’humidité dans la maison où elle vit, si si !) Cela vous aidera aussi à faire un peu d’économie.

Que faut-il faire pour réduire le taux d’humidité dans une maison ?
Parfois, de simples précautions peuvent faire une grande différence. Dans d’autres cas, des mesures plus drastiques sont nécessaires.
Voici un aperçu de ces astuces simples et de ces solutions plus radicales pour combattre une humidité excessive dans un logement. Nous commencerons par les mesures les plus simples.


  1. Les actions pour lutter contre l'humidité

    Etape 1/3 :

    Les actions pour lutter contre l'humidité



    - LA VENTILATION. Ventilez au niveau des endroits où se forme l’humidité (principalement dans la cuisine et la salle de bains). Lorsque les ventilateurs sont présents, assurez-vous qu’ils fonctionnent correctement et laissez-les en activité durant longtemps. Sachez que cuire vos repas, prendre une douche, et mettre en marche les machines à laver et les sèche-linges affectent le degré d’humidité de l’air, notamment lorsque des personnes prennent une longue douche bien chaude !

    - Si vous ne disposez pas de ventilateurs d’extraction ou de système de ventilation, vous pouvez entrouvrir la fenêtre de la pièce à traiter pendant quelques minutes pour diminuer le taux d’humidité dans l’air. Insistez au niveau de la salle de bains où l’humidité a tendance à s’accumuler plus longtemps.

    Sachez qu’il faut tout simplement 2 à 3 litres d’eau pour augmenter de 15 % à 60 % le taux d’humidité dans une surface de 93 m². Il est à noter aussi que le nombre de personnes qui vivent dans une maison affecte le degré d’humidité de l’air. En effet, une personne qui respire produit à peu près 65 ml d’eau par heure !

    - Assurez-vous que les ventilateurs d’extraction de la cuisine, de la salle de bains et de la buanderie évacuent l’air vers l’extérieur de la maison.

    - Augmentez la température à l’intérieur de la maison, car l’air chaud retient plus d’humidité (l’humidité relative diminue si la température augmente).

    - Prenez des bains froids et courts. Utilisez une pomme de douche à faible débit ou n’ouvrez pas au maximum le robinet pour réduire le débit d’eau. (Certaines personnes adorent prendre un bain en ouvrant partiellement le robinet).

    - Est-ce que vous gardez la température de votre maison plus fraiche que celle suggérée ? Si la réponse est oui, quelques ajustements mineurs du niveau d’humidité doivent être faits.

    - Mettez en marche le système d’air conditionné. Depuis que cette option est plus onéreuse, d’autres mesures ont été adoptées par certains ménages.

    - Quand vous faites la cuisine, essayez de couvrir vos préparations et profitez du ventilateur extracteur que vous avez installé dans votre cuisine. Sachez aussi que les cuissons au four et sur des tables de cuisson produisent plus d’humidité. Les cuissons lentes contribuent moins à la formation d’humidité dans une habitation.

    - Les sèche-linges doivent être installés à l’extérieur de la maison.

    - Si vous avez un humidificateur ou un vaporisateur, éteignez-le pendant quelques instants, ou réduisez simplement sa puissance. La plupart des humidificateurs ou des vaporisateurs vendus sur les commerces sont équipés d’un dispositif de réglage du niveau de vapeur ou d’eau que vous voulez diffuser dans l’air.

    - Il est recommandé de recourir seulement à un tirage par aspiration, un appareil à combustion hermétique, des chaudières ventilées, des chaufferies et des chauffes eau.

    - Les tuyaux de drainage et les bacs d'égouttement des climatiseurs doivent être gardés propres et non obstrués.

    - Placez temporairement à l’extérieur de la maison les plantes d’intérieur ou regroupez-les dans une seule et même pièce. En effet, ces plantes libèrent des vapeurs d’eau dans l’air. Si vous en mettez beaucoup dans votre maison, le taux d’humidité peut s’accroitre.

    - Les bûches qui viennent d’être coupées contiennent beaucoup d’eau et elles risquent d’augmenter le taux d’humidité dans votre maison. De ce fait, gardez-les à l’extérieur.

    - Gardez propres les descentes d’eau pluviale et les gouttières. Ajustez les descentes s’il le faut pour qu’elles conduisent l’eau dans le ruisseau du pavé. N’arrosez les plantes d’intérieur que quand c’est nécessaire. Prévenez l’accumulation d’eau autour des fondations de la maison en créant une surface descendante.

    - Vous pourrez aussi vouloir utiliser un déshumidificateur si le maintien du taux d’humidité dans votre maison devient un problème.
  2. Les différents types de déshumidificateurs

    Etape 2/3 :

    Les différents types de déshumidificateurs


    Il existe plusieurs types de déshumidificateurs.

    - Les déshumidificateurs déshydratants utilisent, comme leur nom l’indique, des déshydratants qui sont des substances qui absorbent naturellement l’humidité (ils intègrent de petits paquets de gel de silice). Ils conviennent bien aux faibles températures et à l’humidité modérée. Comme ils ne produisent pas d’eau, ils peuvent supporter les conditions glaciales.

    - Les déshumidificateurs réfrigérants/mécaniques fonctionnent généralement comme les réfrigérateurs et les climatiseurs domestiques. L’air passe à travers des plaques de métal réfrigérées et condense l’humidité dans l’air pour qu'elle goutte dans un réservoir d’eau. Contrairement à un climatiseur, ce type de déshumidificateur augmente doucement la température de l’air.

    - Les déshumidificateurs Peltier sont généralement destinés aux petites pièces comme les chambres à coucher moyennes, les salles de bains, les placards ou encore les véhicules récréatifs. Ils sont reconnus pour être silencieux et efficaces.

    Les mesures structurelles Voici quelques réaménagements que vous pourrez faire à l’intérieur, et à l’extérieur de votre maison.

    - Le tapis pourrait retenir l’humidité. Considérez qu’il est peut-être temps de le remplacer si vous avez essayé plusieurs astuces sans succès. Procéder ainsi vous permettra aussi de vous débarrasser des mites qui ont infesté votre tapis !

    - L’ajout d’isolants autour des tuyaux peut aussi vous aider. En effet, la mise en place d’une gaine isolante autour des tuyaux d’eau froide permet de réduire le dégagement de vapeur.

    - À cause de l’échauffement de l’air ambiant et de l’eau froide qui est stockée quelque part dans la salle d’eau ou qui circule dans les tuyaux, les réservoirs des toilettes et les tuyaux d’eau sont d’autres sources de condensation. Ainsi, ajouter un mélange dans la source d’alimentation et mettre un isolant rigide et imperméable dans les réservoirs pour réduire ces effets.

    - Une surface froide et humide peut être contrôlée en installant une contre-fenêtre et un film plastique sur les fenêtres. Ce qui permet de prévenir les courants d’air froid et de faire baisser les coûts des chauffages.

    - Les papiers peints en vinyle et autres papiers peints imperméables retiennent en général l’humidité, mais ils peuvent aussi empêcher cette dernière de pénétrer dans la maison. Sachez que lorsque l’humidité est piégée, cela peut favoriser la formation de moisissures.

    - Isolez le vide sanitaire avec un pare-vapeur.

    - Les murs des sous-sols peuvent être une grande source d’excès d’humidité. Si leur face extérieure n’a pas été imperméabilisée, vous pourrez essayer de le faire avec des produits comme le Xypex ou le Drylok. Toutefois, les résultats ne sont pas garantis. N’oubliez pas aussi de réparer les fissures sur les murs s’il y en a.

    - Pour que les eaux de pluie s’écoulent loin de la maison, assurez-vous que la cour près de la fondation fait une pente qui s’éloigne de celle-ci.

    - Pour combattre l’humidité provenant du plancher du sous-sol, pensez à installer un drain français ou un puisard. Ce dernier est généralement un trou plus ou moins profond permettant de recevoir et d’évacuer les eaux de pluie. Un drain français ou un drain de périmètre est un système de tuyaux de drainage posé autour d’une maison pour prévenir les infiltrations d’eau.

    - Traitez votre fondation avec de l’Hydroclay. Il s’agit d’une substance utilisée pour imperméabiliser les tunnels. Cet argile qui absorbe l’eau scelle le sous-sol, au niveau des surfaces où l’eau s’infiltre.

    - Les bardeaux et les solins pourraient laisser l’eau s’infiltrer dans les greniers, les murs, les revêtements ou autres surfaces. Ainsi, inspectez le toit tous les ans pour éviter ce genre de fuites.

    Que faire avec les vides sanitaires humides ?

    - Les sols nus sont de grandes sources d’humidité ! Comme cette dernière s’évapore du sol, les maisons bâties sur de tels vides sanitaires sont sujettes à un taux d’humidité élevé. Utiliser un coupe-vapeur (du polyéthylène ou des bâches plastiques épaisses) prévient les problèmes d’humidité. Si vous n’utilisez pas un pare-vapeur, cette humidité peut devenir le terreau des moisissures et des champignons, et entrainer d’autres problèmes.

    - De ce fait, une bonne ventilation d’un vide sanitaire est aussi essentielle.

    - Quand il n’y a pas de coupe-vapeur, un libre espace de ventilation de 0,093 m² est requis pour chaque 14 m² de sol exposé au vide sanitaire.

    - Si on utilise un coupe-vapeur, les chiffres précédents changent comme suit : 0,093 m² d’espace de ventilation pour 139 m² de sol couvert.

    - Si la ventilation du vide sanitaire comprend des persiennes et/ou des écrans, il faut doubler la ventilation pour compenser la diminution de la circulation de l’air.

  3. Que devez-vous savoir sur les plantes d’intérieur déshumidifiant ?

    Etape 3/3 :

    Que devez-vous savoir sur les plantes d’intérieur déshumidifiant ?



    - Vous pourriez avoir entendu parler des plantes d’intérieur qui sont connues pour absorber l’humidité dans l’air. Les plantes tropicales appelées épiphytes comme le lierre anglais, le lys de paix, le palmier de montagne, la fougère de Boston et le tillandsia puisent l’eau dont elles ont besoin dans l’air, elles n’utilisent pas leurs racines pour faire cette opération.

    - Elles sont souvent connues comme des plantes d’intérieur qui filtrent l’humidité dans l’air, ce qui permet de réduire le niveau de celle-ci.

    - Comme on le disait souvent, si cela semble trop beau pour être vrai, c’est que cela l’est probablement.

    - Toutes plantes libèrent plus d’eau dans l’atmosphère qu’elles en absorbent. Pensez aux terrariums et aux serres où l’air est toujours humide. Donc, contrairement à ce qu’on dit parfois, les plantes d’intérieur ne sont pas des déshumidificateurs d’air naturels.

    Ne sous-estimez pas l’importance d’un bon niveau d’humidité

    - Les niveaux d’humidité inadéquats à l’intérieur d’une maison sont dangereux, alors qu’on les sous-estime souvent. Les mites et autres vecteurs de maladies comme les allergènes, les agents pathogènes, et les produits chimiques nocifs sont plus abondants dans les conditions humides.

    - Les allergies, les maux de tête, les symptômes de l’asthme tels que le sifflement, la difficulté respiratoire ou la toux chronique vous indiquent que vous devriez réduire le taux d’humidité dans l’air ambiant de votre maison.

    - Les déshumidificateurs, l’aération, la climatisation, la surveillance de l’humidité, le calfeutrage, l’isolation, les ajustements intérieurs et les changements du style de vie sont autant de solutions pour permettre un bon taux d’humidité dans une maison.

    - Ces actions peuvent avoir un certain coût, mais au final, elles permettront d’économiser de l’argent, et amélioreront votre santé et celle de votre famille.

    - Retenez que le niveau d’humidité idéal pour votre maison doit être moins de 60 % en été et compris entre 25 et 40 % en hiver.

    - La chambre à coucher nécessite une humidité relative de 50 % toute l’année afin de réduire les mites et les allergènes. Vos muqueuses ont besoin d’un niveau d’humidité convenable, en d’autres mots, une humidité suffisante. Des experts affirment même que cela vous aide à bien dormir.



Mots clefs : maison humide humidité humidité habitat lutter contre humidité traitements humidité solutions