Minute facile > Beauté > Soin du visage et Maquillage > Acheter du maquillage low-cost

Acheter du maquillage low-cost

Se refaire une petite beauté pour pas cher, c'est possible. Se repoudrer le nez sans se ruiner est à la portée de tous. Et ce, avec du maquillage Iow-cost. Mais que valent vraiment ces produits à petit prix ? Est-ce que c'est bon pour la peau ? Dans cet extrait ce 100 % Mag, découvrez quelques conseils avant d'acheter du maquillage low-cost. Le maquillage à petit prix est apparu sur le marché du cosmétique il y a 5 ans. Anticerne, mascara et autres produits pour les yeux coûtent 2 à 8 euros seulement, contre 10 à 20 euros chez les grandes marques. Évidemment, ils séduisent de plus en plus de clients. Mais à ce tarif, tiennent-ils toujours leurs promesses ?

  1. Etape 1 : Le maquillage à pe...

Le maquillage à petit prix fait un carton Pour composer leur trousse de beauté sans se ruiner, de plus en plus de femmes se ruent vers les cosmétiques low-cost. Ces maquillages à petit prix épargnent le porte-monnaie. Chez une marque, un anticerne bio coûte par exemple 7 euros. Ce prix est presque cher qu'un anticerne classique. La politique de prix cassé s'applique à toute une gamme de produits. Les produits les plus chers sont les fonds de teint ou les poudres compactes, à 8 euros. Le mascara coûte 7 euros. Des fards à paupières sont à 6 euros.

Comment les fabricants font ? D'après un fabricant de cosmétique low-cost, le prix est à ce point abordable, car il sous-traite sa recherche et sa fabrication. Cela engendre de frais. Pour être compétitif, le fabricant de grignote sur ses marges. Il ne communique que par les réseaux sociaux. C'est un moyen de promotion efficace et gratuit. La page Facebook de la marque ne lui coûte rien alors qu'elle touche énormément de monde. Pour la vente, le fabricant pousse plus loin la limite de frais. La moitié de ses produits sont vendus directement sur Internet. Le Iow-cost est devenu un créneau porteur et les grandes marques s'y mettent aussi.

Que contiennent les cosmétiques low-cost ? De plus en plus de grandes marquent s'intéressent au marché du low-cost. C'est ce que nous confirme la journaliste Victoire N'Sondé. Dans un même groupe se trouvent parfois des marques de luxe et des petites marques de supermarché. Et le savoir-faire de la maison profite autant qu'à la marque de supermarché. Bien qu'il s'agisse d'une marque de supermarché, le savoir-faire y est toujours. La différence se situe au niveau des composants utilisés. La recette de base d'un rouge à lèvres se compose à part des cires d'origine naturelle ou synthétique, des huiles végétales et des pigments. Chaque enseigne possède ses pigments particuliers et privilégie certaines cires plutôt que d'autres. Les produits les plus chers renferment donc des ingréidents nécessitant plus de recherche, et parfois plus de brevets.

Les composants du maquillage low-cost sont-ils dangereux ? Si les ingrédients diffèrent, ceux des produits Iow-cost peuvent-ils être dangereux ? À la faculté de pharmacie de Châtenay-Malabry, le docteur Lafforgue affirme qu'ils doivent tous répondre à des règles très strictes. Les fournisseurs de matières premières cosmétiques respectent leur cahier des charges qui est conforme à la réglementation européenne. Le risque n'est pas différent entre un produit très haut de gamme et un produit Iow-cost. Mais d'après ce spécialiste, un élément peut jouer sur la conservation du produit : l'emballage. En verre pour le haut de gamme, et en plastique pour l'entrée de gamme. Dans du plastique, le vieillissement du produit sera différent.

Mots clefs : maquillage 100% Mag