Minute facile > Sexo > Psychologie > Comment la force mentale fait oublier la douleur ?

Comment la force mentale fait oublier la douleur ?

Il est tout à faite possible de manipuler des flammes ou des braises, de s'allonger sur une planche à clous en se faisant casser des parpaings sur le vente. Vous y croyez? Tout viendrait de la force mentale qui nous aide à oublier la douleur. Mais qu'est-ce que la force mentale ? Comment peut-on l'utiliser pour accroître nos performances ? Par exemple, il paraît que certaines personnes maîtrisent tellement bien leur corps qu'elles arrivent à stopper les battements du cœur. Pour savoir comment travailler votre force mentale et apprendre à maîtriser sa douleur, E=M6 est parti à la rencontre de professionnels. Quels sont leurs méthodes pour vaincre leur peur ? Regardez pour tout savoir. Ce sont des experts, ne reproduisez pas cela chez vous.

  1. Etape 1 : Abracadabra du men...

Abracadabra du mental contre la douleur Le mental possède le pouvoir de maitriser les appréhensions et les peurs. Pour vaincre la douleur, il faut passer au-dessus de la peur de se faire mal. Le mental tient un rôle important dans nos performances psychiques et physiques. Un biostatisticien vous aide à comprendre les pouvoirs extraordinaires du cerveau.

Et même pas peur de la planche à clous Pour s'allonger sur un lit de clou, il faut être fort mentalement. La puissance du mental détermine la puissance de la peau et de la chair pour ne pas se transpercer. Selon le biostatisticien, la peau et la chair ne sont pas transpercées par les clous, car le poids du corps est reparti sur tout le lit de clous. En effet, sur un seul clou, tout le poids du corps se repose dessus. La douleur est donc inéluctable. En revanche, sur un lit de plusieurs centaines de clous, aucune douleur n'apparait. La planche à clous ne fait pas mal, il vous suffit de surmonter votre appréhension.

Les parpaings moins durs que le mental Bon nombre d'entre nous sont impressionnés par un fakir qui se fait briser des briques sur ses abdominaux avec une massue et sans se faire mal. L'absence de douleur relève du domaine de la biodynamique. Selon la loi de biodynamique, les ondes de choc sont à 0 mètre par seconde lorsqu'ils arrivent sur l'abdomen. Plus précisément, l'énergie du choc est intégralement absorbée par les parpaings lorsqu'ils se brisent. La force du mental joue toujours un rôle important, car elle permet de maitriser les appréhensions et les peurs dans ce type d'exercices.

Oser jouer avec le feu Les illusionnistes parviennent à jouer avec le feu sans se brûler. Comment arrivent-ils à résister à la douleur des brûlures éventuelles ? Au même titre que le lit de clous et les parpaings cassés à la massue, le mental tient un rôle important. Pour arriver à jouer avec le feu, il faut différencier le seuil critique de la douleur thermique. Ce seuil est de l'ordre des 45 degrés, nettement différents des 60 degrés de brûlure. Le secret pour manipuler des braises sans se brûler est la rapidité. Une partie du corps qui est en contact pour 2 secondes avec une source thermique ne se brûle pas. La couche cornet de la main est composée de 7 couches de peau dont : - 4 couches de cellules mortes - 3 couches de cellules vivantes. Les peaux mortes ne ressentent plus de douleur, car elles sont d'excellent isolant thermique.

Un coeur qui s'arrête, est-ce possible ? En Inde, plusieurs gourous et yogis parviennent à arrêter le battement de leur coeur. Une étude a été menée en ce sens avec un cardiologue. Afin de percer le mystère, des électrodes ont été branchées sur un illusionniste. L'électrocardiogramme permet de calculer le rythme cardiaque et d'enregistrer le champ électrique du coeur. Chaque battement correspond en fait à une contraction du coeur. Selon cette étude, le coeur continue de battre bien que le pouls s'arrête. L'arrêt du pouls est dû à une compression de l'artère qui empêche le sang de passer. En appuyant sur l'artère du bras, il est possible de bloquer le flux de sang qui y circule. Le sang ne parvient pas jusqu'au poigné durant quelques secondes.

Musculation mentale Les fakirs ne sont pas des surhommes, mais leur force mentale les démarque des hommes « normaux ». Cette force du mental impressionnante absorbe la peur. Pour parvenir à de telle prouesse, la force mentale doit être entrainée régulièrement. Un exercice physique de musculation renforce les muscles. Aussi, un exercice d'entrainement mental optimise la force du cerveau. En effet, il faut plusieurs années pour maitriser les appréhensions et les peurs. Désormais, la magie des fakirs n'a plus de secret pour vous.