Minute facile > Soins > Alimentation > Pourquoi éviter le gluten ?

Pourquoi éviter le gluten ?


« Gluten » est un mot en vogue, mais même si vous évitez d’en consommer, savez-vous réellement ce que c’est ? Rendez-vous compte qu’il y a d’autres éléments dans le blé qu’il ne faudrait pas consommer non plus ?

Le blé n’est pas bon pour la santé, pour des motifs qui n'ont rien à voir avec le gluten. Vous trouverez 11 raisons à cela dans la suite de cet article.

Les Généralités

Avant tout, sachez que le blé est un grain. Les calories qu’il apporte proviennent notamment de glucides, mais sachez que cette céréale renferme aussi des protéines qui ne sont pas forcément bonnes pour la santé :

- Le gluten ;
- L’agglutinine de germe de blé (WGA) ;
- Les inhibiteurs de trypsine/amylase.


Les problèmes générés par ces protéines ne sont pas les mêmes que les problèmes de glycémie causés par les glucides dans le blé. Il est vrai que s’approvisionner de calories à partir du blé (notamment le blé raffiné) peut entrainer des troubles métaboliques comme la fluctuation du taux de sucre dans le sang.

Toutefois, ces problèmes pourraient être causés par n’importe quel régime riche en glucides, et ils sont seulement plus prononcés chez les personnes qui mangent une grande quantité de blés.

Ainsi, rassurez-vous, une cuillérée de sauce soja ne constitue pas un souci pour votre santé.

Cet article n’abordera pas les problèmes métaboliques comme la glycémie et les glucides. Vous trouverez ici une liste totalement différente des complications causées spécifiquement par le blé, et les protéines qu’il renferme. Ces problèmes sont graves aussi bien pour les personnes qui ne mangent qu’une petite quantité de blé que celles qui consomment beaucoup de glucides.

Quels sont donc les inconvénients du blé ?


  1. 1. Gluten et intolérences

    Etape 1/2 :

    1. Gluten et intolérences

    1. Les problèmes avec le blé ne concernent pas uniquement les gens qui ont une intolérance au gluten.

    Le problème le plus connu avec le blé est la maladie cœliaque. Il s’agit d’une réaction auto-immune provoquée par le gluten, mais qui peut être traitée avec un régime sans gluten. 30 à 40 % des gens ont des antécédents génétiques pour développer potentiellement cette maladie, mais seulement 1 à 3 % de ces personnes en sont réellement atteintes. On ne connait pas vraiment la raison à ce phénomène, mais le micro biome intestinal pourrait y jouer un rôle.

    La plupart des gens savent que la maladie cœliaque requiert une abstinence stricte à tous les glutens. Toutefois, de nombreuses personnes pensent aussi que si elles n’ont pas cette maladie, elles sont complètement à l’abri de tout danger, ce qui n’est pas vrai.

    Récemment, on a pu remarquer un fort accroissement du cas de la sensibilité au gluten non cœliaque (SNGC). De nombreuses personnes ont fait des documentations sur la sensibilité au gluten, mais celle-ci n’est pas réellement la maladie cœliaque (vous verrez plus bas qu’il existe une réaction immunitaire différente). Il y a aussi le problème de chevauchement des autres protéines dans le blé - l’agglutinine de germe de blé et les inhibiteurs de trypsine/amylase ne sont pas les mêmes choses que le gluten, ce qui fait que vous pourriez être sensible à ces substances sans regarder comment votre corps réagi au gluten.

    Ainsi, le blé n’est pas seulement un problème pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque. Sachez aussi qu’il existe plus de blés que de gluten.

    2. Inflammation intestinale

    L’inflammation est la réponse normale de notre système immunitaire face à une blessure. Vous pourrez constater cela à chaque fois que vous vous êtes coupés ou blessés, la surface qui entoure ces blessures devient rouge et tendre. Les protéines dans le blé irritent la peau : elles créent une sorte de coupure dans le tissu de l’intestin et entrainent une inflammation de celui-ci.

    Le cas le plus connu est l’inflammation causée par le gluten chez les personnes atteintes de maladie cœliaque ou de sensibilité au gluten non cœliaque.
    Cependant, l'inflammation due au blé est aussi un problème, même pour les gens qui ne sont pas forcément sensibles au gluten. Les inhibiteurs d'amylase/trypsine peuvent provoquer une inflammation immunitaire en réponse à un trouble gastro-intestinal en stimulant les cellules immunitaires. Ce phénomène peut toucher n'importe quelle personne, que celle-ci soit atteinte de maladie cœliaque ou non.

    Il s’agit d’un problème complètement différent qu’avec le gluten, et il peut entrainer des troubles, que l’on soit particulièrement sensible au gluten ou non.
    Vous trouverez dans la suite de cet article les raisons qui prouvent que cette inflammation est dangereuse !

    3. Augmentation de la perméabilité intestinale

    L’inflammation dans l’intestin contribue à un problème appelé 'perméabilité intestinale'. L’intestin possède un système particulièrement complexe de « contrôle des frontières » qui autorise les aliments digérés à atteindre le sang (c’est par ce système que l’on obtient les nutriments) et empêche ceux qui sont inutiles d’y accéder.

    Tous les jours, nous avalons des millions de virus, de bactéries et de molécules indigestes comme des poussières, ainsi que d’autres corps qu’il faut évacuer de notre organisme. Ces corps étrangers ne doivent pas atteindre le sang. L’inflammation de l’intestin perturbe ce système de contrôle des frontières. Elle ramollit les liens entre les cellules de l’intestin, laissant ainsi passer bon nombre de choses inutiles dans le sang. On décrit souvent ce phénomène comme une fuite de l’intestin grêle.

    En plus de l'inflammation conduisant à une perméabilité accrue de l’intestin, le gluten accélère ce processus en stimulant la libération d’une protéine appelée « la zonuline ». Cette dernière contribue indépendamment à l’affaiblissement des jonctions entre les cellules de l'intestin. Outre l’inflammation de cet organe et l’apparition de la zonuline, le blé participe activement à la perméabilité de l’intestin, ce qui constitue un réel problème.
    La perméabilité de l’intestin est un grand problème, car elle constitue un facteur essentiel dans le développement des maladies auto-immunes !

    4. Double problème : l’agglutinine de germe de blé

    Un autre problème pour les non cœliaques : l’agglutinine de germe de blé est un inflammatoire, une protéine perturbatrice du système immunitaire que l’on trouve dans le blé, et malgré un nom similaire, ce n’est pas du gluten. L’agglutinine de germe de blé peut provoquer une inflammation des cellules de l’intestin et perturber la barrière immunitaire naturelle dans cet organe, rendant ainsi ce dernier plus perméable aux corps étrangers qui ne doivent pas atteindre le sang.

    Rappelons encore une fois que cela n’a rien à voir avec le problème lié au gluten ! On peut avoir des troubles intestinaux avec l’agglutinine de germe de blé même si on ne présente aucune réaction au gluten.

    Régime sans gluten >Faut il supprimer le pain ?
  2. Problèmes cutanés liés au gluten

    Etape 3/2 :

    Problèmes cutanés liés au gluten



    11. Symptômes au niveau de la peau

    La principale cause des problèmes cutanés liés au gluten est la maladie cœliaque, laquelle peut entrainer une maladie de la peau appelée « dermatite herpétiforme ». Celle-ci se manifeste par des démangeaisons et des éruptions cutanées avec des ampoules. Ces symptômes sont typiquement rencontrés chez les personnes autour de 20 ans.
    Rappelons-le encore, ces symptômes ne sont pas limités à la maladie cœliaque. Une étude avait décrit la manière dont la sensibilité au gluten non cœliaque peut apparaitre comme des problèmes cutanés : « des démangeaisons atroces semblables à celles provoquées par l’eczéma, le psoriasis ou la dermatite herpétiforme. » Ces démangeaisons se manifestent le plus souvent au niveau des bras et des jambes.

    Pour terminer, le blé est plutôt une mauvaise nouvelle même pour les personnes qui ne sont pas atteintes de la maladie cœliaque. Les symptômes ne sont pas nécessairement des vomissements ou des diarrhées aiguës. Ainsi, pourquoi ne pas essayer d’arrêter de consommer du blé même pendant quelques semaines pour observer les réactions de votre corps, vous pourriez être surpris.



Mots clefs : gluten régime sans gluten alimentation gluten gluten free gluten allergie Blé causes gluten santé