Qui ne cherche pas à se débarrasser des cafards ? Mais, savez-vous que les blattes sont les antibiotiques de demain ? Ces insectes abriteraient des bienfaits incroyables. Dans cet extrait d’E=M6, Mac Lessgy propose un tour d’horizon des incroyables secrets de résistance du cafard. Cet insecte est l’ennemi de nos intérieurs. Et pour cause, il est très difficile à éradiquer. Pourquoi cet insecte est-il si tenace ? Savez-vous que les chercheurs du monde entier étudient ses superpouvoirs afin de créer des médicaments pour l’homme ? Découvrez en vidéo les incroyables secrets de résistance du cafard. Bon visionnage !

  1. Etape 1 : Pourquoi envahisse…

Pourquoi envahissent-ils nos maisons ? Le cafard, également appelé blatte, est très difficile à éliminer. Et ce n’est pas le chat Oggy qui dira le contraire. Ce héros de dessins animés passe son temps à chasser un trio de cafards infernal. Nos intérieurs sont de véritables palaces cinq étoiles pour les blattes. D’après Françoise Gouddey-Perrière, responsable scientifique de Pharm’insect, ces petites bêtes vont chercher pour leur confort et leur survie les mêmes avantages que l’homme. Il leur faut une température autour de 20 degrés et une humidité ambiante comme dans les cuisines ou les salles de bain. De plus, dans nos maisons, les blattes trouvent suffisamment de nourritures. Comparativement à l’homme qui, après une semaine sans manger et trois jours sans boire, le cafard quant à lui ne risque rien. Cet insecte doit cette résistance à la réserve de graisses qu’il possède dans son corps. La blatte peut facilement se passer de nourriture pendant 3 semaines, voire un mois.

Les cafards sont vieux comme la Terre La cohabitation entre l’homme et le cafard ne date pas d’hier. L’insecte habitait notre planète bien avant les hommes, apparus eux il y a 3 millions d’années. Le cafard vivait même sur terre 50 millions d’années avant les dinosaures et il leur a survécu. Frédéric Legendre, maître de conférences en entomologie, en sait quelque chose puisqu’il étudie l’évolution de ces insectes. Il existe à nos jours nombreux fossiles d’ailes de blattes qui remontent à 300 millions d’années. Mais, comment ces insectes ont-ils pu résister à autant d’années alors que la Terre a connu plusieurs périodes au cours desquelles des milliers d’espèces animales ont disparu. Pour le comprendre, E=M6 a effectué un comparatif entre l’homme et l’insecte.

Homme vs cafard Le cafard est plus résistant au froid comparativement à l’homme. Si notre espèce ne tient pas plus de 10 minutes dans une chambre froide de 2 degrés, l’insecte a l’incroyable capacité de pouvoir rester plus de 20 minutes à -16 degrés. En fait, la blatte possède une cuticule très dure qui la protège du froid et qui est plus hermétique que notre peau. Bien que résistant au froid, le cafard affectionne les endroits chauds dans nos maisons. Mais ce côté-là, c’est l’homme qui sort vainqueur. Nous pouvons supporter plus longtemps la chaleur que le cafard grâce à notre système de refroidissement naturel qui est la transpiration. En évacuant de l’eau, nous rafraîchissons la surface de notre corps. Mais, le cafard n’a pas dit son dernier mot. Question vitesse, il peut parcourir 2 mètres par seconde. A échelle humaine, il courrait à 80 km par heure. Il serait donc deux fois plus rapide qu’Usain Bolt, le champion du monde du sprint 100m. En réalité, les blattes ont des pattes suffisamment allongées et assez fines qui se prêtent à une course rapide. Pour finir, contrairement à l’homme, les cafards peuvent tenir 3 semaines à un mois sans tête. Chez l’homme, c’est le cerveau qui contrôle toutes les fonctions du corps. Chez les animaux primitifs, en plus du cerveau, ils disposent de ganglions tout le long du corps qui sont autant de petits cerveaux individuels.

Le cafard au service de l’homme Toutes les incroyables résistances du cafard sont utiles pour l’homme. Leur capacité antibactérienne nous est utile. En effet, les blattes peuvent vivre en toute sécurité dans la saleté grâce à leur capacité de neutraliser les bactéries. Plus exactement, elles fabriquent une protéine qui se fixe sur la bactérie pour la détruire ensuite. Des scientifiques ont découvert des molécules très intéressantes dans le corps de ces insectes. Elles pourraient bientôt être utilisées pour créer des médicaments pour l’homme. Par exemple, il serait possible de soigner les infections dues à des germes très résistants comme le staphylocoque doré.