Minute facile > Pratique > Conseils Immobilier > Acheter une maison grâce à la location accession

Acheter une maison grâce à la location accession

Envie d'acheter une maison malgré le manque de moyen financier ? Envie de devenir propriétaire même en ayant un faible revenu ? Connaissez-vous l'accession sociale à la propriété ? Dans cette vidéo, Faustine Bollaert vous présente une technique d'achat maligne de maison : la location-accession. Malgré l'augmentation des prix de l'immobilier en 15 ans, il est toujours possible d'avoir sa propre maison, et ce, en étant locataire pendant un certain temps. Ce concept baptisé PSLA ou prêt social location-accession a fait de nombreux heureux. Et pourquoi pas vous ? Explications en vidéo !

  1. Etape 1 : Devenir propriétai...

Devenir propriétaire malgré un faible revenu En France, seulement 50 % des ménages sont propriétaires de leur logement. Ce faible taux est dû aux prix de l'immobilier qui ont augmenté de 120 % en 15ans. Est-il encore possible d'acheter lorsqu'on gagne le SMIC ? Une alternative existe : la location-accession. Peu répandu, ce concept permet pourtant de devenir progressivement propriétaire de la maison louée. Par l'intermédiaire du PSLA (prêt social location-accession), les revenus modestes louent entre 1 et 2 ans pour mieux acheter ensuite. En attendant de pouvoir lever l'option d'achat, les futurs acheteurs restent locataires. Il s'agit en quelque sorte d'un CDD de location pendant un an avant de devenir propriétaire.

Le cas d'un couple ayant souscrit au PSLA A 30 ans, Stéphanie et Jérémy ont pu concrétiser leur premier achat grâce au PSLA. Au début, tout se passe comme un achat classique quant au choix du terrain, des matériaux, en somme, toutes les étapes de la construction. Une fois la maison construite, ils ne sont que locataires. Il s'agit là d'une sorte de test pour vérifier leur solvabilité. Après cette période d'essai d'au moins un an, le couple pourra lever l'option d'achat et deviendra officiellement propriétaire. Sans ce dispositif, ce couple n'aurait jamais pu acheter une maison. Malgré leur revenu modeste, Stéphanie et Jérémy ont tenté de contracter un prêt. Leur banque a évalué leur capacité d'emprunt sur 30 ans à 120.000 euros. Cette somme est pourtant insuffisante pour construire. Mais grâce au PSLA, le couple a pu rentrer dans le budget. Leur rêve est à portée de main grâce à Ophélie Hileraut, conseillère en location-accession. C'est elle qui a accompagné le jeune couple dans sa démarche.

Conditions préalables à la location-accession L'accès à la location-accession concerne les revenus modestes, c'est-à-dire 2100 € par mois pour un couple et 3300 € par mois pour un couple avec enfants à charge. Le contrat est signé pour 2 ans qui comprend une première phase locative sous forme de redevance pour une partie et sous forme d'épargne pour l'autre partie. Ce calcul permet d'arriver à un montant équivalent à la mensualité de prêt. Au bout de la phase locative, plus de 90 % des locataires lèvent l'option d'achat et accèdent à la propriété. Pour les 10 %, le motif de résiliation du couple est souvent lié à une séparation. Ce programme permet enfin aux plus modestes de sauter le pas. Reste à savoir s'il est plus intéressant de louer ou d'acheter.

Avantages de la location-accession Sans apport et avec un revenu modeste, la location-accession est donc une bonne solution. Pourtant, seuls 6.000 agréments ont été délivrés sur les 10 dernières années. A l'issu de la phase locative, le locataire accédant n'est pas obligé d'acheter. A ce moment, le vendeur doit lui rembourser les fonds de l'épargne déjà versés. Le vendeur supporte alors beaucoup de risque, raison pour laquelle peu de promoteurs s'adonnent à la location-accession. Pour le locataire accédant, la phase locative permet de réfléchir avant l'achat. En effet, il peut se rendre compte de l'environnement et les relations de voisinage, étudier la maison et vérifier la présence de défaut. Une fois qu'il accède à la propriété, il a la possibilité de laisser parler son imagination et réaménager l'intérieur.