Mordu d’Antiquité en bronze ? Vous voulez acheter particulièrement un chandelier datant d’une autre époque ? Cependant, vous souhaitez éviter d’avoir un faux ? Jérôme Anthony et Emmanuel Layan vous fournissent leurs explications éclairées pour reconnaître facilement un chandelier en bronze. D’abord, il faut vérifier le revers de la pièce pour voir s’il s’agit vraiment du bronze. Ensuite, vous rivez les yeux sur les motifs afin de déterminer la période de fabrication de la pièce. Encore faut-il identifier le chandelier parmi tant d’autres… Suivez la vidéo !



  1. Etape 1 : Vérification du br…

Vérification du bronze Pour reconnaître si une pièce est en bronze, il faut voir le revers. L’éclat du métal peut révéler de quel métal il s’agit. Concernant le bronze, cet éclat doit être doré. En plus de ce critère, une bonne pièce en bronze présente une surabondance de décors. Aucun espace n’est laissé libre, d’autant plus que ce critère permet de déterminer la période de fabrication de l’objet.

Détermination de la période de la création de la pièce Une étude de style permet d’évoquer une fourchette de période durant laquelle a pu créer la pièce. Dans la vidéo, le chandelier est au style Louis XVI (1757 – 1793). Ce roi exécuté durant la Révolution aime le droit et la forme architecturée ultrasimple. En revanche, il ne faut pas en déduire tout de suite la période de fabrication puisque la pièce peut présenter d’autres formes. Le haut rond du chandelier illustré en vidéo évoque par exemple un style Louis XV. Ce style se situe à la fin du XIXème siècle.

Variétés de pièces luminaires Pour s’y retrouver parmi les candélabres, torchères ou autres girandoles, un petit point s’impose.Le flambeau est un chandelier qui ne comporte qu’une bougie en résine ou en cire et que l’on tient à la main. Le chandelier sert de support à plusieurs bougies, un peu comme un bougeoir. A la différence, ce dernier ne comporte pas de tige, mais prend une forme de petit plateau pour recueillir la cire. Le candélabre est plus décoratif et se reconnaît avec ses multiples branches, par opposition au chandelier qui n’en a qu’une pour être plus pratique. De format un peu plus grand, la girandole est disposée en pyramide à poser sur une table. Quant à la torchère, elle se caractérise par sa grandeur tel un vase monté sur un pied et destiné à recevoir une matière combustible pour produire de la lumière. Voilà, vous êtes un peu plus éclairé au sujet de ces luminaires d’antan.