Envie de dormir mieux chaque nuit ? Besoin d’astuces pour ne pas passer une nuit blanche ? Saviez-vous que les troubles du sommeil peuvent se régler facilement sans avoir recours à des médicaments ? Nous vous proposons les techniques pour retrouver un bon sommeil sans somnifères. Un Français sur deux souffre d’insomnie occasionnelle ou chronique. Pourtant, bien dormir est indispensable à l’organisme pour se ressourcer et se reposer. Avant de vous jeter sur les somnifères, vous verrez dans cette vidéo qu’il suffit de changer votre environnement pour avoir un sommeil de plomb. Regardez !




Déceler les causes de l’insomnie L’équipe a mené une étude avec Isabelle, 52 ans et prof de danse.
Depuis quelques années, elle se plaint de ne pas bien dormir.
Il arrive qu’elle a du mal à s’endormir, ou inversement, dormir tôt et se réveiller plusieurs fois dans la nuit.
Pour mieux comprendre et observer l’environnement dans lequel dort Isabelle, on a fait appel à Aurélie Meyer-Mazel, psychologue spécialiste du sommeil.
Elle va dévoiler une à une les causes d’une insomnie et donc les solutions adéquates.

S’isoler de la lumière A priori, l’endroit où dort notre prof de danse n’est pas isolé de la lumière.
Pourtant, seule une obscurité est propice au sommeil, contrairement à la luminosité qui bloque la sécrétion de mélatonine, hormone responsable du sommeil.La mélatonine est sécrétée dans le cerveau dès qu’il fait nuit avec un pic vers 3 heures du matin.
Son rôle est de mettre le corps au repos pour qu’il puisse récupérer et se régénérer.
Toute lumière, qu’elle soit petite comme le voyant d’un réveil, bloque la production de cette hormone.
L’organisme sera donc moins reposé.Pensez donc à vous isoler de toute source de lumière pour avoir un sommeil de plomb.



Dormir à l’abri des perturbations sonores En plus de dormir dans un endroit mal isolé de la lumière, notre prof a un réfrigérateur près de son lit.
Le bruit influe en fait sur la qualité du sommeil et son cycle.
En effet, la perturbation sonore est captée par le cerveau qui reste actif malgré l’endormissement.
En réalité, le sommeil est composé de 6 cycles durant en moyenne 90 minutes.
Chaque cycle se termine par du sommeil paradoxal.Le bruit et la lumière l’entrecoupent par des microréveils qui empêchent le corps de se ressourcer.
Vous savez maintenant qu’il faut un endroit silencieux pour bien dormir.

Dormir sur un bon matelas En plus de l’environnement, la qualité de la literie influe également sur celle du sommeil.Actuellement, les matelas de nouvelle génération préservent nos nuits.
L’équipe s’est rendue au Centre européen du sommeil pour évaluer l’importance d’un bon matelas.
Le docteur François Duforez et son équipe ont réalisé une étude sur les dormeurs sans trouble du sommeil apparent comme Magalie.
Les 20 personnes ayant participé à l’étude ont été équipées d’électrodes qui enregistrent les micro-mouvements musculaires.
Les volontaires ont ensuite dormi une nuit sur un matelas de 10ans et une nuit sur un matelas neuf.
Selon le docteur, moins une personne bouge, plus la qualité de son sommeil est bonne.
La personne qui a dormi sur un matelas ancien présente plusieurs micro-réveils tandis que celle sur le matelas neuf a un sommeil beaucoup plus calme en deuxième partie de nuit.

Fonctionnement des matelas high-tech Pour comprendre l’influence des matelas sur la qualité du sommeil, on s’est intéressé à leur évolution technologique.
En premier lieu, Mac a demandé au spécialiste si on peut dormir à deux sur un matelas, c’est-à-dire existe-t-il un matelas qui permet de ne pas sentir les mouvements de l’autre.
A côté d’un ours en peluche, il a alors testé deux matelas, l’un d’ancienne génération et l’autre de nouvelle génération.
Sur l’ancien modèle de matelas, l’ours bouge en même temps que Mac, alors que sur celui de nouvelle génération, la peluche reste stable malgré ses mouvements.
La mousse classique est extrêmement élastique. En revanche, le retour est beaucoup plus lent sur une mousse de dernière technologie.
Cette dernière contient en fait du polyol à mémoire qui est une substance chimique épaississant la mousse et la rendant moins élastique.
Cette mousse a été mise au point par la Nasa pour équiper les navettes spatiales afin d’assurer un maximum de confort aux astronautes.
Les prouesses techniques ne s’arrêtent pas là.

Dormir au frais A part l’environnement et la qualité du matelas, la température de la pièce peut vous faire passer une mauvaise nuit.
Dans la chambre de notre prof de danse, Isabelle, il fait 24 degrés.
Selon Aurélie Meyer-Mazel, il faut une température autour de 19 degrés pour bien dormir.
En effet, la température corporelle a besoin de chuter d’1 degré pour que le sommeil puisse s’installer.
Si le jour, elle est de 37 degrés, la nuit, elle ne doit pas dépasser 36 degrés.
La baisse de température permet à l’organisme de fonctionner à bas régime et donc de mieux se reposer.
Des matelas high-tech garantissent désormais un sommeil au frais, c’est-à-dire une thermorégulation.Il existe deux techniques qui permettent d’évacuer la chaleur du corps :
– par le biais du tissu
– par le biais du garnissage se trouvant à l’intérieur du matelas.

En clair, le matelas est composé de plusieurs couches de fibres qui évacuent la chaleur émise par le corps.
Par ailleurs, la texture de ce type de literie permet de maintenir au sec bien que nous transpirons tous la nuit.
Vous avez en main toutes les techniques pour vaincre l’insomnie. Adieu les réveils au beau milieu de la nuit.

Mots clefs :
matelas