Au cours de vos vacances de neige, vous envisagez de partir en randonnée en montagne, mais vous appréhendez toutefois une avalanche ? Vous voulez connaître les conditions météo favorables aux avalanches et les précautions à prendre pour assurer votre sécurité ? Olivier de la Fédération française de la montagne et de l’escalade (Ffme.fr) vous apprend quelques principes de nivologie et à repérer quelques situations caractéristiques propices aux déclenchements d’une avalanche. Il vous parle des 3 conditions météo favorables à la formation d’avalanche. Pour avoir des notions éclairées sur le sujet, suivez bien les explications en vidéo.



  1. Etape 1 : L’inclinaison de l…

L’inclinaison de la pente Il faut que la pente présente une inclinaison suffisante pour que le manteau neigeux puisse se mettre en mouvement et créer une avalanche. Pour une masse neigeuse identique, les forces de traction varient en fonction de la pente (l’angle alpha). En augmentant le poids ou la pente, les forces de traction vont être plus importantes. Lorsqu’elles deviennent supérieures aux forces de résistance et de frottement, que ce soit en raison de l’augmentation de la masse du manteau neigeux ou de la pente, l’ensemble du manteau se met en mouvement. Ce contexte peut être à l’origine de la formation d’une avalanche.

L’alourdissement du manteau neigeux Il s’agit d’une situation météorologique propice au déclenchement d’une avalanche.Cet alourdissement peut se produire de deux manières :
– Par l’arrivée de nouvelles chutes de neige. À partir de 20cm de neige fraîche, les spécialistes considèrent qu’il y a un risque potentiel d’avalanche.
– Par l’arrivée de précipitations pluvieuses sur le manteau neigeux. Ce phénomène peut également alourdir le manteau neigeux. Dans une telle situation, la précaution de base consiste à attendre quelques jours, le temps que le manteau se tasse. Il faut donc patienter 2 ou 3 jours après une chute de neige importante avant d’aller skier sur les pentes vierges. 

L’humidification du manteau neigeux Cette humidification peut se produire de deux manières :
– Par des précipitations pluvieuses,
– Par une hausse importante de la température de l’air. Un redoux marqué peut en effet amener une fonte partielle et interne du manteau neigeux. Cette fonte engendre une perte de cohésion entre les grains de neige et engendrer potentiellement une avalanche. Face à ces situations de redoux, les précautions à prendre sont assez faciles. Il faut rentrer avant que la température soit trop élevée. Si vous effectuez une randonnée, vous devez partir tôt le matin et rentrer assez tôt en début d’après-midi. Les avalanches s’écoulent généralement en suivant les lignes des plus fortes pentes.Il convient donc d’éviter les zones les plus exposées, comme les couloirs et les zones d’écoulement naturel. La pluie a également une action sur le manteau neigeux. On pense souvent à tort que les précipitations favorisent la fonte du manteau neigeux. En réalité, la pluie fait plutôt tasser la neige. Toutefois, au-delà de l’ajout de matière, de la prise de poids du manteau neigeux, la pluie va engendrer un phénomène de lubrification susceptible de déclencher une avalanche. Les couches inférieures sont sapées et rendues plus liquides. Le déclenchement d’une avalanche est ainsi facilité. S’ils sont néfastes dans un premier temps, le redoux et la pluie ont des conséquences positives à moyen terme. En effet, leur action purge à l’instant T va déjà supprimer certaines avalanches. Si un coup de froid arrive par ailleurs en marge de cet évènement humide, cela va contribuer à la consolidation de l’ensemble du manteau neigeux. À long terme, ces épisodes ont une action stabilisatrice sur le manteau neigeux.

Les épisodes de vent Il s’agit aussi d’une situation météorologique favorable à la formation d’avalanche. Le vent va transporter la neige à partir de certains endroits pour l’accumuler en d’autres lieux. Ce phénomène va alourdir le manteau neigeux. En transportant la neige, le vent exerce également une action mécanique sur les grains. Les grains déposés à un autre endroit vont avoir une consistance et une certaine cohésion. Des plaques à vent ou des plaques friables vont se former. Dans certains cas, ces plaques vont être déclenchées au passage d’un skieur ou d’un animal. Une avalanche est alors à craindre. Il faut donc toujours vous méfier d’un épisode de vent, en particulier pendant ou juste après une chute de neige.

Pour conclure Vous en savez maintenant un peu plus sur les situations météorologiques propices aux risques d’avalanche. Vous avez également acquis des connaissances sur la nivologie, l’étude de la neige et des avalanches. Pour partir en randonnée en toute sécurité et jouir des plaisirs du ski, notez bien les recommandations de notre invité. Bon séjour au ski ! Avant de partir, référez-vous à la vidéo. 

Mots clefs :
avalanche