Depuis ces dernières années, la chirurgie présente une évolution considérable. Cela concerne notamment les nouvelles technologies. Le fait d’allier technologies et chirurgies a fait avancer la médecine d’un grand pas. Les scientifiques se sont organisés pour que la médecine devienne plus sûre et très efficace. Nombreux sont les avantages de la chirurgie technologiquement assistée. Certains d’entre eux sont cités dans cette vidéo et sont illustrés par des exemples concrets. Sur ce, rassurez-vous, les inventions sont de plus en plus nombreuses. Demain peut-être la plus ardue des interventions sera facile à réaliser. En attendant, bon visionnage !!

  1. Etape 1 : L’intervention

L’intervention Depuis ces dernières années, la chirurgie présente une évolution considérable. Cela concerne notamment les nouvelles technologies. Le fait d’allier technologies et chirurgies a fait avancer la médecine d’un grand pas. Les scientifiques se sont organisés pour que la médecine devienne plus sûre et très efficace. Nombreux sont les avantages de la chirurgie technologiquement assistée. Certains d’entre eux sont cités dans cette vidéo et sont illustrés par des exemples concrets. Sur ce, rassurez-vous, les inventions sont de plus en plus nombreuses. Demain peut-être la plus ardue des interventions sera facile à réaliser. En attendant, bon visionnage !!

Rôle du laser Ophtalmologue à l’hôpital de la Timone à Marseille, le docteur Louis Hoffart se prépare pour une intervention chirurgicale sur une patiente. De ce fait, il va mettre un anneau en plastique dans l’œil de la patiente. Ainsi, l’anneau va immobiliser l’œil de la patiente donc elle ne pourra pas bouger. L’opération se déroule en deux parties. Une première intervention avec le laser va découper la partie superficielle de la cornée. Il est essentiel que la patiente ne bouge pas lors de l’opération. Elle ne dure que pendant environ 30 secondes. Avec l’aide d’une caméra installée sur le laser, le chirurgien peut suivre les étapes de l’opération. Le laser coupe alors les bords de la cornée avec une précision de quatre millième de millimètre. Le docteur va ensuite soulever la cornée et ensuite accéder à l’œil. Désormais, la patiente perçoit une sorte de voile devant ses yeux. Elle ne peut pas voir correctement. Le malade va ensuite être installé sur un autre laser pour une deuxième intervention. Cette chirurgie est celle qui va réajuster l’œil de la patiente pour guérir sa myopie. La chirurgie va permettre à la cornée de trouver une courbure normale. En quelques secondes, le laser rectifie la myopie de la patiente. Ainsi, il ne reste plus au chirurgien que de placer la partie superficielle de la cornée qu’il a soulevée et l’opération est terminée. L’intervention dure au total quinze minutes et assure une bonne vision pour la patiente.

Explications de la myopie Le laser est une façon efficace pour corriger la myopie. Ce procédé est moins douloureux. En effet, le laser est un outil sécuritaire pour la chirurgie. Comparée à l’ancienne méthode, l’utilisation du laser est en effet plus sûre. Avant le laser, le chirurgien utilisait une sorte de rasoir mécanique pour ôter manuellement la surface de la cornée. Le Docteur Hoffart souligne les avantages de réaliser des opérations aux lasers. Cet instrument dispose de plusieurs systèmes de sécurité. Par conséquent, lorsque le laser détecte une anomalie, il s’arrête de fonctionner. Cela diminue le nombre des complications lors de l’intervention.

Chirurgie et technologies La myopie est due au fait que la cornée est très recourbée. Au lieu de se former sur la rétine, l’image va se former en avant de la rétine. C’est pour cela que les personnes myopes perçoivent une image floue. Ceci est le cas de votre appareil photo lorsqu’il a besoin de réglages et présente une image floue. Pour ce faire, il ne vous reste plus qu’à régler votre appareil photo pour la mise au point et avoir une image nette. Pour un œil normal, l’image est nette, car elle est projetée au fond de l’œil. Avec un œil plus allongé comme celui des myopes, l’image n’arrive pas jusqu’au bout de l’œil. En effet, elle reste au centre de la cavité de l’œil et cause la myopie. Une forte proportion des Français est atteinte de la myopie. Récemment, une opération peut s’effectuer afin de rectifier cela de façon durable. L’intervention s’est alors perfectionnée grâce notamment aux nouvelles technologies et les progrès scientifiques.

Les chirurgiens ont de plus en plus recours à la chirurgie technologiquement assistée. L’hôpital de Brest est parmi les hôpitaux qui utilisent ces méthodes. Se trouvant à une distance assez éloignée de son patient, le chirurgien procède à une opération téléguidée. En effet, il dispose de joysticks et de pédales pour diriger les différentes pinces de la machine. Cette chirurgie permet d’atteindre les recoins difficiles à atteindre par l’homme. Dans une opération d’ablation de la prostate, la machine est idéale pour permettre d’accéder à des parties difficiles d’accès de l’anatomie de l’homme. En effet, le robot sectionne soigneusement la glande des nerfs et recoud finement l’urètre. L’intervention se fait alors juste en incisant cinq petits trous sur l’abdomen. Dans l’ancienne pratique toutefois, les chirurgiens ont dû ouvrir le bas ventre du patient. Cette avancée technologique permet de réduire le temps de l’hospitalisation, la douleur et les cicatrices.

Prothèses osseuses La pause d’os artificiels est également une opération qui a connue une avancée technologique. Que ce soit à cause d’accidents ou de vieillissement des articulations, beaucoup de Français se font poser des genoux ou des hanches artificiels chaque année. Didier Nimalle, chirurgien, travaille sur le cas d’une patiente victime d’un traumatisme crânien. Dans ce cas, le but est de remplacer un tissu osseux du crâne. De cette manière, l’intervention va compenser la perte osseuse. En se basant d’un modèle du crâne du patient, l’ordinateur calcule et dessine l’implant. L’ordinateur est ensuite raccordé à une machine d’impression en 3D.L’imprimante compose alors l’os avec une poudre qui présente la même composition que l’os. La prothèse est prête après une heure. Pour le crâne, cette technique est encore en phase d’expérimentation. Ceci n’est pas le cas pour d’autres ossements du corps comme le genou. Le chirurgien orthopédiste Jean-Noël Argenson de l’institut du Mouvement (IML) et de l’appareil locomoteur de Marseille vous expose le procédé pour fabriquer une prothèse osseuse du genou. L’IML est alors équipé d’une gamme variée de pièces faites pour les prothèses des pieds. Il y a alors la pièce fémorale, la pièce tibiale et le coussinet. Cela permet de régler pour chaque patient la forme, la tension et les mobilités satisfaisantes pour le patient. Avec l’adéquation de toutes les pièces au millimètre prés, le patient retrouve toute la mobilité de son genou naturel.